La poésie continue

Entre deux averses

 

Quelques jours de froid en fin d’année ont suffi pour que tombent les dernières feuilles des arbres. La nature est ainsi, il faut que place soit faite aux prochains bourgeons de printemps. Dans nos jardins, on a arraché herbes et vestiges des anciennes récoltes. Et maintenant, les pluies intenses ne nous laissent guère de répit. Quand le vent pousse les nuages vers d’autres cieux il faut vite profiter de cet éphémère beau temps.

Même si la nature fait une pause, nous devons penser aux prochaines plantations et semailles, préparer la terre, enlever les mauvaises herbes. Ah, cette prêle ! Enracinée au plus profond, elle est notre ennemie principale, enfin avec les chenilles, les lapins, les taupes… Le jardinage est un apprentissage des lois de la vie. Le plaisir de voir pousser, de récolter, vient après une lutte sans répit contre les parasites, les intempéries et autres empêcheurs de jardiner en paix.

C’est fou ce qu’un jardin occupe nos pensées même à distance.
17 janvier 2014 (Madeleine)

Un autre petit billet…

Sous le gel, les jardins résistent…

 

Mon arrivée est récente dans cet ensemble de parcelles que je m’obstine à nommer « champs » pour ce grand espace de liberté où les clôtures sont si légères qu’elles ne sont pas un obstacle au regard. Il semble que ma « main verte » se confirme car même avec un peu de retard tout pousse. Les poireaux (dernières bottes chez le grainetier) et les choux de Milan, plantés début octobre ont bien pris. Un rien m’enthousiasme. Mais est-ce rien que voir poindre le long de la tige des choux Bruxelles les petits bourgeons ?

Depuis la nouvelle lune le froid nocturne est vif mais nos jardins résistent. Comme ils sont beaux le soir, quand le soleil couchant les teinte, comme une aquarelle, de toutes les gammes de mauve et d’orange.
Madeleine       11 décembre 2013